Frédéric Couture et le développement de la technologie S20: de l'ingénierie à la fabrication

Frédéric Couture et le développement de la technologie S20: de l'ingénierie à la fabrication

Frédéric Couture n’est pas n’importe quel homme. Il a été l’un des principaux concepteurs et ingénieurs à valider la technologie S20 par divers calculs et préparatifs, puis l’un des principaux responsables de sa fabrication. «S20»  réfère à la nouvelle série de capteurs solaires de Rackam, qui sera prochainement déployée à Kingsey Falls dans le complexe industriel de Cascades.

Il a acquis son savoir-faire et son expérience suite à de nombreuses années de travail et d’études. Son premier emploi fut en tant qu’électricien. «C’est une chose très utile pour bien comprendre les moteurs et le système de contrôle de nos capteurs» affirme Frédéric. «J’ai ensuite travaillé plus de onze ans dans la fabrication mécanique comme machiniste dans plusieurs industries, tels que l’aéronautique, le domaine militaire et le domaine médical.» Il a enfin complété son baccalauréat en génie mécanique à l’Université de Sherbrooke avant de se joindre à Rackam.

Un rôle clé dans le développement de la technologie

Il s’implique dès lors dans le développement du capteur S20. Son rôle sera varié : il s’occupe d’abord de la conception, puis de la construction de deux prototypes (le premier pour une étude sur la motorisation, le deuxième une étude en demi-grandeur réelle). Il est ensuite appelé à mettre à profit son expérience dans les procédés et les méthodes de fabrication.

Le concentrateur solaire parabolique S20 sera deux fois plus large que celui de la première génération S10. «Ce capteur comporte des changements importants au niveau de la structure et de la motorisation. Il comporte une plus grande intégration de l’aluminium dans ses composantes» dit-il. «J’ai réalisé des prototypes afin de valider nos designs et nos calculs. Une fois cette première étape complétée, nous avons pu développer des procédés de fabrication.» L’assemblage des concentrateurs de Rackam comprend bien évidemment des miroirs, mais aussi un système de contrôle, un système de pompage, un système de mesure et de suivi du procédé. «Il faut que tout puisse être fabriqué et assemblé de manière efficace, d’où l’intérêt de réfléchir bien à l’avance au procédé de fabrication.»

Des défis à surmonter

La fabrication des capteurs comporte plusieurs défis. «La sélection d’un système d’entraînement a été un défi. Il y avait des contraintes particulières : par exemple, il fallait prévoir quoi faire dans le cas où il y a une accumulation de glace. Il faut s’assurer que tout fonctionne, même dans les conditions climatiques québécoises. On a réussi à trouver un fournisseur américain en mesure de fournir le matériel nécessaire. Dans l’assemblage, l’un des principaux défis était de trouver un moyen de rendre l’assemblage plus rapide. On a trouvé plusieurs solutions au cours de nos préparatifs.»

Malgré les nombreux défis du monde entrepreneurial, Frédéric continuera toujours de charmer par son rire sincère et son attitude amicale.