Obligations vertes - Green bonds : un nouvel outil pour financer des projets d’énergie verte!

green bonds

La transition énergétique nécessite beaucoup de financement et les projets d'énergie verte ont souvent un coût de départ assez important et dissuasif. Malheureusement, il existait jusqu'à présent peu de mécanismes de financement adéquats, car les banques n'offrent en général que de maigres possibilités avec très peu de flexibilité et d'ouverture. Le changement de paradigme énergétique exigeait donc de nouveaux mécanismes financiers et depuis les conférences sur le climat, de nombreuses instances financières mondiales se sont penchées sur une solution permettant de financer les projets d'énergie verte, voilà comment sont nés les Green bonds.

Les obligations vertes, comment ça marche?

Les Green bonds sont des titres de dettes. Ce sont en effet des compagnies, des gouvernements ou des sociétés civiles qui émettent des obligations pour financer des projets environnementaux. Les investisseurs achètent alors ces titres de dettes qui leur seront remboursées par la suite avec intérêt. Ces projets doivent avoir une portée verte : réduction de la consommation d'énergie, réduction des émissions de gaz à effet de serre, réduction de la consommation de ressources naturelles, protection de la faune, etc.

L'exemple d'Unilever

Au début de l'année 2014,  Unilever a émis 250 millions de livres anglaises d'obligation dans un Green bond en collaboration avec Morgan Stanley. En quelques heures, les propositions d'investisseurs étaient de 750 millions, près d'une centaine ont finalement été choisis, principalement des gestionnaires de fonds privés, de fonds de pensions et des compagnies d'assurances.  Avec ce Green Bond, Unilever a ainsi pu financer avec succès des projets permettant d'améliorer l'efficacité énergétique et d'économiser plus d'eau dans son réseau de production mondiale. Les économies d'énergie ont par la suite permis de financer le remboursement du prêt avec les intérêts aux échéances prévues.

Les obligations vertes constituent donc de plus en plus un marché très important pour financer la transition énergétique. Et ces fonds sont très populaires dans les milieux financiers, car ils permettent de faire des investissements sécuritaires tout en limitant les impacts de l'être humain sur la planète.

Le Green Bond de la ville du Cap

La ville du Cap en Afrique du Sud a aussi levé un Green bond de 1 milliard de Rands en juillet 2017 avec le même mécanisme et les offres d'investisseurs pour ce Green bond ont avoisiné les 4.3 milliards de Rands! Ce Green Bond avait pour objectifs de financer des projets de traitement des eaux, de réhabilitation et de protection des milieux côtiers, un programme d'achat de bus électriques, ainsi que des projets pour contrer les inondations saisonnières de la ville. Ce financement a donc permis à la ville de s'adapter aux changements climatiques en réalisant ces projets. 

Les Green bonds sont donc très en demande sur le marché et ils sont un levier économique très efficace permettant de stimuler l'économie mondiale et d'améliorer l'état de notre planète.

Au Canada, la société CoPower a démocratisé cette approche et elle permet à des particuliers d'investir dans un Green bond, avec un investissement minimum de 5000$, avec des options de retour sur investissement de 3 ans (3.5% d'intérêt) ou de 5 ans (5% d'intérêt).

Pour voir les détails d'une telle offre et des projets environnementaux associés :

https://copower.me/fr/produits

La différence avec le financement participatif vert - Green Crowdfunding 

Un autre mode de financement pour les projets verts existe, il s'agit du Green Crowdfunding.

Il s'agit d'une plateforme de collecte d'argent en ligne comme Indigogo ou Kickstarter, mais orienté vers des projets environnementaux.  Sur ces plateformes telles que oneplanetcrowd, des gens investissent de manière individuelle en ligne dans un projet donné et reçoivent en échange des contreparties : contrepartie morale pour un don, services liés au projet, produits générés par ce projet ou même des prêts avec intérêt.

Le mécanisme financier est plus simple et direct, mais avec plus de risque, car il n'y a pas de mécanismes d'assurance automatique contrairement aux Green Bonds.

Une autre différence fondamentale consiste dans la nature des investisseurs visés. Les sommes levées par financement participatif sont généralement beaucoup plus modestes que les Green bonds. En effet, ces derniers sont souvent de plusieurs dizaines de millions de dollars (voir plus) et sont essentiellement destinés aux investisseurs institutionnels (fonds de pensions, fonds d'investissement, etc.). Le crowdfunding, quant à lui, fait avant tout appel aux individus, pour des projets en général à taille humaine, qui dépassent rarement un million de dollars.

Pour voir un exemple Green Crowdfunding :

https://www.oneplanetcrowd.com/en/project/93930/description

Un monde en changement

On peut voir avec ces exemples que ces mécanismes financiers sont des leviers de plus en plus importants pour développer des projets de transition énergétique, alors que jusqu'à présent le plus gros frein aux développements de ces projets était la grande difficulté d'obtenir des prêts et du financement par des banques traditionnelles.

Les choses se mettent donc en place pour faire une place grandissante aux entreprises du changement qui œuvrent pour la transition énergétique et le monde des affaires est en train d'évoluer plus vite que l'on pense vers les énergies renouvelables!

Pour plus d'informations :

Majdid Moukhous, analyste financier chez Quintal inc. (partenaire en produits financiers de Rackam)

O/B: 514 845-2422 (Ext: 201) | www.quintal.co