Le développement durable comme vecteur d’innovations et d’opportunités d’affaires dans le secteur de l’énergie

« (...) le développement durable est le principal filon d'innovations organisationnelles et technologiques permettant d'améliorer le chiffre d'affaires et les bénéfices. Les entreprises durables parviennent à réduire leurs coûts puisqu'elles réduisent ainsi leurs intrants. (...)En réalité, puisque les objectifs de l'innovation consistent à [accroître le chiffre d'affaires et les bénéfices], nous constatons que les entreprises intelligentes considèrent à présent le développement durable comme la nouvelle frontière de l'innovation »

Ram Nidumolu, C.K. Prahalad et M.R. Rangaswami, Harvard Business Review

 

Innover et changer pour se démarquer à long terme

Innover en développement durable peut rapporter gros. En janvier 2016, à Davos, lors du forum économique mondial, la commission pour les affaires et le développement durable a été créée. Elle regroupe plusieurs chefs d'entreprises internationales influents qui sont chargés d'évaluer les profits directs qui pourraient résulter de l'application des 17 objectifs de développement durable de l'ONU.

Paul Polman sustainable development

Paul Polman, PDG de Unilever et membre de cette commission. Crédit photo Flickr/UN

Et cette commission a en effet évalué qu'un nouveau marché potentiel de 13 billions de dollars était à portée de main si l'on appliquait ces mesures. De plus, l'énergie est le plus intéressant des secteurs avec un marché potentiel évalué à 4,3 billions. Paul Polman, membre de cette commission et PDG d'Unilever (un des géants de l'agroalimentaire mondial) exhorte d'ailleurs les entreprises à entrer dans une nouvelle révolution industrielle.

Ainsi, un nouveau paradigme se dessine où le développement durable devient synonyme de profit. Une entreprise durable crée donc de la richesse tout en préservant la qualité de son environnement et des personnes touchées par ses actions. On peut voir ce changement mondial dans le transport avec le cas de Tesla, dans le domaine de l'agroalimentaire avec Unilever, mais aussi dans bien d'autres domaines comme celui de l'énergie.

Le secteur de l'énergie au bord d'une révolution

Philippe Roos, Flickr, Ain Beni Mathar central

Crédit photo Philippe Roos, Flickr, centrale Ain Beni Mathar, Maroc, 2010

Le secteur est en pleine mutation et de nouvelles solutions industrielles durables ont vu le jour depuis quelques années. Lors de la COP 21 de Paris en 2015, Ban Ki Moon, le secrétaire général de l'ONU, a appelé les entreprises à lutter contre le réchauffement climatique. Les entreprises ont en effet été invitées à cette occasion à limiter leur consommation de combustibles fossiles et à se tourner vers les énergies propres (le devoir, 9 décembre 2015).

Mais au-delà de cet appel au changement politique c'est une véritable réalité économique qui est en train de naître sous nos yeux. Le 10 mars 2016, un rapport des Nations Unies a mentionné qu'en 2015, les investissements dans les énergies renouvelables avaient atteint un record de 286 milliards, contre 130 milliards de dollars US d'investissement dans les énergies fossiles.  De plus, ce rapport mentionne que pour la première fois, les pays en voie de développement avaient plus investi (156 milliards) que les pays développés (130 milliards) dans les énergies renouvelables.

Le message est donc le suivant : le monde de demain est en marche et ceux qui prendront le virage avant les autres auront un avantage concurrentiel, car ils se démarqueront dans leurs innovations et seront plus compétitifs. Ce nouveau marché mondial permettra de plus d'être un vecteur de changement de notre monde, pour qu'il soit plus juste, équitable et vert.